BlogGay - Rencontre gay géolocalisée sur PC et Smartphone ! - Cette semaine, nouveaux inscrits - Meetings between gay guys -  rencontres gay et lesbien francophonemeetings gay UKeventi gay in Italiagay ontmoetingen in het NederlandsEventos gay en Españaschwule in 

deutschlandasieOther

BlogGaychat avec des mecs de ta régionZONE DIAL france + 600.000 inscrits | BlogGayVOD 18+ | Rencontres gay & Men's dating |  Gay Vidéo On Demand | Gay WebCam | Suivre BlogGay sur Twitter - Follow on Twitter@BlogGay

Les aventures d'Indy

Désormais, retrouve les nouvelles aventures d'Indy en cliquant ici

Indy, la vingtaine, parisien et gay affronte la vie au fil d'aventures parfois mouvementées.

Il est accompagné de
Sébastien son colloc ; de Julien son collègue au magazine gay ; de Sumo le patron du bar gay "Le Complexe" ...
et bien sur de Jun, son meilleur ami.

Album photos de indysansjones

Home |   Profil |   Physique - Sexualité |   Stats |   Chat Gay

Conseil : commence par le premier épisode !

--- --- --- --- ---

Comme toutes les histoires il y a du faux
Comme toutes les histoires il y a une part de l’auteur. Comme l’auteur c’est moi, l’histoire contient des bouts de moi, mon prénom, des expériences, des traits de caractères.
Comme tous les jeunes de vingt ans, ma vie réelle et l’histoire d’ici sont ponctuées d’amitiés, d’amours, de déceptions (rares).
Il n’est pas tout à fait moi mais comme Indy reste Indy, nous sommes indissociables.

Le blog est décomposé en unités d'énonciation datées, appelés billets ou articles / The blog is broken up into dated units of stating, called tickets or articles Mes Billets/Articles

Titre du billet Brigitte Macron
Posté le dimanche 08/10/2017 à 15h20 RSS signifie Really Simple Syndication



Seb lance une nouvelle soirée gay : la Brigitte Macron

Clique ici

Titre du billet Clichés
Posté le mardi 29/08/2017 à 15h35 RSS signifie Really Simple Syndication


Choisir un métis pour illustrer un article sur les gays en banlieue, et lui demander de porter capuche et casquettes, c'est cliché.
Mais ça réveille toujours Indy.

La suite ici

Titre du billet Dolan dans ma tête
Posté le mercredi 19/07/2017 à 14h15 RSS signifie Really Simple Syndication


Quand Indy se réveille contre David, c'est Dolan dans sa tête. Un clip. Bang Bang, Dalida, Céline and co. Clique ici pour découvrir l'histoire.

Titre du billet David
Posté le mercredi 19/07/2017 à 14h12 RSS signifie Really Simple Syndication


En vacances au Portugal, Indy rencontre David, jeune Américain en visite. L'été est chaud ! Clique pour découvrir la suite

Titre du billet Bareback, sans latex ...
Posté le dimanche 13/11/2016 à 23h58 RSS signifie Really Simple Syndication


Ce matin-là pour Indy c'était sans capote (suivre ce lien pour connaître l'histoire)

Titre du billet Interview catastrophe...
Posté le dimanche 13/11/2016 à 23h59 RSS signifie Really Simple Syndication


Indy réalise une interview catastrophe d'un chanteur gay. Clique par ici ...

Titre du billet Pas très fidèle ...
Posté le dimanche 13/11/2016 à 23h53 RSS signifie Really Simple Syndication


Pas très fidèle Indy... qui a-t-il rencontré à la salle de sport ? Clique !

Titre du billet Un nouveau terrain de jeu
Posté le jeudi 21/07/2016 à 16h37 RSS signifie Really Simple Syndication

Indy, au fil de 105 épisodes ici, a vécu de nombreuses aventures, qu'elles soient amoureuses, sexuelles, professionnelles, amicales...

Il revient aujourd'hui dans une version totalement renouvelée du roman-série.

Vous y retrouverez la trame originale agrémentée de nouveaux personnages et de nouvelles histoires.

De quoi conquérir de nouveaux lecteurs tout en régalant ceux qui étaient fidèles à ce blog de 2007 à 2009.

Pour cela, rendez-vous ici : www.indysansjones.over-blog.com (lien ci-dessous)


À tout de suite !



C'est par ici !

Titre du billet Episode 105
Posté le samedi 18/05/2013 à 14h11 RSS signifie Really Simple Syndication




Le grand retour après des années d'absence ...

Nous y étions tous. Présents, fidèles au poste. L'Eurovision. Notre tradition depuis la constitution de notre groupe, avec la gay-pride et d'autres réjouissances annuelles. Depuis ce soir de mai 2008 où nous nous étions retrouvés pour la première fois, tous les ans avaient été l'occasion de se voir pour commenter le spectacle culte de la communauté. Nous étions une quinzaine ce soir là. J'attendais surtout le passage de l'Azerbaijan pour me rincer l'oeil.

Seb, mon coloc, avait pris des Haagen Dazs. C'est sans doute le seul samedi de l'année où il ne sort pas en boite. Il décida de s'installer entre moi et mon mec, Benjamin.
« -T'as pas l'impression que tu te mets entre nous deux là ?
-C'est la place la plus en face de la télé. Tu peux te détacher de lui 2 heures non ? »

Benjamin répliqua.
« -Deux heures ? T'es optimiste … Ca va durer jusqu'à 1 heure du mat' vos conneries. Ça fait 5 ans que vous me forcez à regarder ce truc. Des Moldaves qui chantent comme des caisses dans des tenues ringardes. »

Seb lui fit signe de se taire. Depuis cinq ans en effet, il était le maître de cérémonie, fournissant toujours les mêmes rappels aux règles et à l'histoire de l'Eurovison. Mais ce n'était rien à côté de ses commentaires acerbes qui égayaient nos soirées.
« -Ses talons sont aussi grands que ma bite au repos. Au moins 18 centimètres. »

Cinq ans passés comme des fusées. J'aimais parfois me replonger dans le passé et penser à ce que nous avions vécu. J'avais eu une progression professionnelle assez intéressante, le magazine pour lequel je travaille était passé en version en ligne, mais nous étions plus nombreux à y travailler. Nous avions aussi développé d'autres supports, c'est un véritable petit groupe désormais. Je suis toujours avec Benjamin. Depuis cinq ans. Non pas sans interruption. Il y avait eu autant de couacs que sur un prime de la Star Ac version NRJ12, c'est dire... Mais notre amour est là, il tient bon.

Je suis toujours en coloc avec Sebastien. Et avec ses conquêtes. La liste de ses plans culs fait la taille de l'annuaire, et bien souvent il les ramène à l'appart. Heureusement, nous avons pris plus grand, sa chambre est loin de la mienne. Je me suis habitué à ses couinements. Il est désormais organisateur de toutes sortes d'événements, mais toujours en lien avec les gays. Une vraie figure du Marais.

Quelqu'un sonna à la porte. Jun, mon meilleur ami, un vrai frère pour moi, arrivait en retard. Déjà 6 ou 7 chansons étaient passées.


@Indysansjones on Twitter

Titre du billet Episode 104
Posté le lundi 19/01/2009 à 09h17 RSS signifie Really Simple Syndication


J'avais mon baladeur sur les oreilles dans les rues d'un Moscou enneigé. Le grand boulevard était rempli de rombières devant des vitrines de luxe. Au milieu, un grand théâtre, majestueux, incitatif à ce-qui-vaille. Ses marches blanches m'invitaient à m'y asseoir un instant.

Juste en face de moi, le centre de conférence semblait calme. La conférence de médecine à laquelle assistait Ben, me laissant déambuler, devait les passionner.

J'étais à peine remis d'une caresse de notre bon soleil, nu sous les draps, que ce matin Benjamin m'avait embrassé doucement en mettant une cravate. Notre voyage en Russie devait se plier à ses conférences médicales. Moscou seul, c'est à n'en pas douter moins magique.

Je suis rentré à l'hôtel avant lui, lassé d'attendre dans le froid. Le concierge m'a remis un mot dans un français parfait. Un appel. Le relevé d'un appel. Un mot. La transcription d'un message.

La transcription d'un message téléphonique qui était obligatoirement de Julien puisqu'il y informait de l'état de Sébastien -pas pire- et sur un courrier venant de Bangkok.

Il ne semblait pas avoir ouvert la lettre. Il est vrai que c'est interdit d'ouvrir un courrier qui ne vous est pas destiné mais il fallait absolument que je sache ce que me disait Jun. J'ai aussitôt demandé à l'accueil de l'hôtel de luxe d'appeler Paris. Julien a décroché au journal et m'a promis d'ouvrir le soir même l'enveloppe sale qui m'était parvenue.

Titre du billet Episode 103
Posté le mardi 13/01/2009 à 11h26 RSS signifie Really Simple Syndication


Benjamin a emmené Seb à l'hôpital. Le périple dans la nuit n'avait pas arrangé ses blessures. Il était choqué et congelé.

Pour ma part, j'étais trop faible pour l'accompagner et je prenais un bain chaud chez mon chéri. Nous devions décoller pour Moscou et j'ai appelé Julien pour qu'il surveille Sébastien. Il assurait déjà ma part du travail au magazine pendant mes vacances prolongées et je lui demandais en plus de protéger mon colocataire pour palier à mes insuffisances.

Non seulement je ne pouvais pas aider Jun, à l'autre bout du monde, mais en plus j'allais disparaître alors que Sébastien avait besoin de présence. Etant donné le prix des billets pour Moscou et pris en compte le fait que c'était mon cadeau de Noël, je n'avais même pas parlé à Ben d'annuler.

Benjamin est revenu juste à temps pour partir. J'étais prêt, dans l'entrée. Il a pris ses deux sacs et nous avons marché d'un bon pas jusqu'au RER qui nous a conduit à l'aéroport.

J'ai ouvert les yeux à Moscou. D'après Benjamin, je m'étais endormi comme une masse dès le décollage.

Titre du billet Episode 102
Posté le dimanche 11/01/2009 à 14h51 RSS signifie Really Simple Syndication


Notre avion pour Moscou partait le lendemain en matinée. J'étais endormi contre Benjamin, mon bras droit posé sur son torse. Mon portable a sonné. Le temps d'émerger du sommeil, Benjamin avait pris l'appel.

« -Seb, il est 2 heures du mat' ! »

J'avais allumé une petite lampe et je frottais mes yeux quand la tête de Ben m'a sorti brutalement de ma léthargie. Sébastien se trouvait à l'autre bout de Paris et venait de se faire agresser. Sans doute un plan ayant mal tourné.

Benjamin voulait venir avec moi mais je l'ai convaincu de rester dormir. J'ai enfilé de grosses chaussettes et mes chaussures pour affronter le froid hivernal.

J'ai couru pour attraper un métro qui allait partir et je suis arrivé trente minutes après à destination. Sébastien m'attendait sur les marches de la station, la lèvre en sang dans un mouchoir sale. Je me suis assis à ses côtés et il a pleuré dans mes bras.

Il devait y avoir une explication à ce déchaînement d'événements. Sébastien s'était fait agresser par un hétéro visiblement irrité qu'il le drague ouvertement.

Il s'est mis à neiger fortement et lorsque nous avons voulu reprendre le métro, les grilles se fermaient. Je n'avais pas d'argent pour prendre un taxi et les bus étaient à l'arrêt depuis bien longtemps.

Nous avons marché, sous la neige de plus en plus pressente. L'eau entrait dans mes chaussures et j'avais les pieds congelés. Sébastien ne disait rien, il marchait à mes côtés comme un fantôme qui n'effraye plus personne. Nos nez coulaient et j'avais l'impression que mes doigts allaient tomber sur le sol blanc.

Titre du billet Episode 101
Posté le mardi 06/01/2009 à 12h16 RSS signifie Really Simple Syndication


« -Entre ces coordonnées ici »
Benjamin m'indiquait du doigt l'espace de texte pour saisir les coordonnées envoyées par Jun en télégramme. Il était certain qu'il s'agissait de coordonnées satellites pour pouvoir le localiser.

L'envoi de Jun provenait du Proche Orient, d'où il devait déjà être reparti. J'appuyai sur « entrée » et le globe virtuel sur l'écran s'est mis à bouger.

Le zoom s'est effectué jusqu'à une ruelle de Bangkok. Nous nous sommes regardé avec Benjamin, interrogatifs. Jun m'envoyait sans doute l'endroit de sa destination finale mais pourquoi éprouvait-il le besoin de le faire ? Sans doute prévoyait-il un danger et était-il rassuré de nous indiquer où il allait être.

Benjamin posa une main sur chacune de mes épaules et me massa légèrement.
« -Il faut préparer ton sac. »

Il déposa un baiser dans mon cou et s'en alla dans sa chambre. Nous devions nous rendre à Moscou, c'était mon cadeau de Noël mais aussi une occasion pour Ben de participer à un colloque médical.

Partir sans pouvoir être rassuré sur l'état de Jun ne me plaisait pas. Une fois à Moscou il me serait impossible d'avoir des nouvelles.

Titre du billet Centième Episode - Pressentiments
Posté le mardi 30/12/2008 à 11h43 RSS signifie Really Simple Syndication


Alors que Jun est parti à Bangkok dans la précipitation, Benjamin fait face au retour d’un passage de sa vie qu’il pensait enfoui profondément.



Quelques heures avant le réveillon qui devait ouvrir une nouvelle page pour Sébastien (celle d’organisateur de soirées), Benjamin et moi nous étions retrouvés dans un café près de son travail pour sa pause. J’avais l’impression de passer mon temps dans des bars ou cafés.

Il était avec la blonde de la photo. Celle avec qui il s’était pris. Elle était enceinte et pas d’hier. La photo devait donc dater un peu. Il souriait mais son visage devenait trouble.

Je me suis approché d’eux avec un papier en mains. Elle est partie quasiment au même moment, laissant Benjamin mal à l’aise. Il semblait plus mal à l’aise que moi qui pourtant l’avais trompé avec un de ses amis. Tout cela devait être oublié, Ben ne devait rien savoir.

J’ai déplié le télégramme que je tenais dans mon poing. Il venait de Jun, depuis le Proche-Orient où il faisait escale. Il y indiquait ce qui ressemblait à un code et une longue liste de chiffres mêlés à des lettres. Je pensais à une erreur de transcription dans les postes mais Benjamin m’a assuré qu’il s’agissait de coordonnées GPS.

Il m’a pris la main.
« -As-tu toujours ton mauvais pressentiment ?
-Plus que jamais. Jun met le doigt sur beaucoup d’ennuis à l’autre bout du monde…
-Indy, il va falloir être soudés. La fille que tu viens de voir affirme qu’elle porte mon enfant. J’ai moi aussi de mauvais pressentiments. »

Titre du billet Episode 99
Posté le lundi 29/12/2008 à 15h42 RSS signifie Really Simple Syndication


Je m’étais fait piéger. Au domicile de Paul, il m’avait proposé un verre et malgré le fait que nous soyons en plein après-midi j’avais accepté. Erreur.

Au lieu d’aller rejoindre Sébastien qui préparait le réveillon au Complexe, nous avions discuté et la bougie aidant, tous les événements y sont passé. Il m’a embrassé.

Très vite, sans savoir ce qui se passait (c’est sans doute trop facile de dire cela), nous nous sommes retrouvés sans les chemises et…

Il m’a fait l’amour, je lui ai fait l’amour. Je n’ai pas réfléchi, le corps abandonné au plaisir et à sa recherche. Le plaisir était-il complètement là ? Je crois que c’était avant tout une manière de sortir tout ce que j’avais au fond de moi depuis plusieurs jours, un exutoire, une épreuve physique à accomplir coûte que coûte.

Je n’ai pas pensé à Benjamin une seule fois, pas pensé aux plaies à panser dans mon couple après cette erreur. Cet orgasme a été particulier.

Nu dans le lit, je me suis pris les mains dans le visage avant d’aller voir Paul sous la douche. Je n’ai rien dit, je l’ai juste rejoint sous l’eau chaude. Plaqué contre moi, je l’ai empêché de recommencer. Il fallait désormais tout oublier et reprendre le cours normal d’une vie qui partait sans contrôle.

Titre du billet Episode 98
Posté le dimanche 28/12/2008 à 10h26 RSS signifie Really Simple Syndication


Tout ça pour ça ! Finalement, l’entretien s’était très bien déroulé, en simplicité. J’étais soulagé et content.

Paul nous a rejoint au bar de l’hôtel pour célébrer cette ‘‘victoire’’. Il m’a lancé un clin d’œil dont j’ai mal interprété la signification sur le coup. Sébastien a choisi ce moment là pour appeler.

« -Je suis avec Zac Efron au bar de l’hôtel. »
Il s’est mis à crier à plein poumon et j’ai tendu le téléphone vers Zac et Paul qui se sont mis à rire franchement. Zac a pris le téléphone et a dit quelques mots en anglais. J’ai entendu Sébastien baver deux-trois syllabes.

L’objet de son appel était en réalité de savoir à quelle heure j’allais le rejoindre pour préparer le réveillon. Il y a des passages à vide et des moments où tout semble s’accumuler.

J’ai promis à Sébastien de le rejoindre au plus vite. Quelques minutes plus tard, Zac nous laissait pour retourner à ses occupations. Paul m’a proposé de me conduire au Complexe et de voir ce qu’il pouvait faire pour nous aider dans la soirée.

Il fallait auparavant prendre un dossier chez lui.

Titre du billet Episode 97
Posté le samedi 27/12/2008 à 10h14 RSS signifie Really Simple Syndication


Avec toutes les fêtes de Noël et les événements (ou plutôt l’événement unique), je n’avais pas eu l’occasion de voir ou d’appeler Sébastien. Pas le temps non plus de préparer la rencontre. Je devais rejoindre Paul dans un hôtel pour l’interview avec Zac Efron. Ma tête était complètement ailleurs.

Paul m’attendait dans le hall et nous sommes montés dans l’ascenseur jusqu’au deuxième étage. Après quelques pas dans le couloir nous arrivions à une suite. Zac m’a serré la main vaillamment. J’ai voulu lui parler en privé et lui ai expliqué combien j’étais désolé d’être dans cet état ; comme à un vieil ami j’ai sorti toute l’histoire de Jun, du malaise et compagnie. Je ne sais pas pourquoi il est toujours plus simple de se confier à un inconnu, quand bien même cet inconnu dispose du futur de ma carrière dans ses mains.

Il a été un amour, était très disponible et a répondu à toutes mes questions avec clarté. Très vite, nous avons dévié vers un entretien assez mystique. Quelque chose est passé quand le soleil s’est caché brusquement et que la pièce s’est plongée dans une certaine pénombre. Il s’est confié sur ses faiblesses, ses doutes, ses peines.

Je n’y voyais qu’un moment magique ponctué de question qu’on appelle ‘‘existentielles’’ quand on est plus jeunes, Paul y a vu une bombe commerciale. Une star mondiale qui s’épanche et se montre à cœur ouvert.

L’équipe rangeait le matériel et Zac m’a proposé un verre amical au bar de l’hôtel.

Titre du billet Episode 96
Posté le vendredi 26/12/2008 à 17h43 RSS signifie Really Simple Syndication


Devant le sapin naturel, décoré avec goût, des parents de Benjamin, plusieurs paquets portaient mon prénom.
« -C’est pour moi ? ai-je demandé bêtement comme quelqu’un qui connaît bien sur la réponse.
-Nous ne connaissons pas beaucoup d’Indy ! a répondu ma belle-mère, me montrant l’étiquette de mon prénom. »

J’ai déchiré le papier avec soin. Je trouve toujours angoissant d’ouvrir des cadeaux et j’ai toujours détesté cela. Benjamin est arrivé derrière moi et a entouré ma taille de son bras droit. Il m’a tendu un paquet avec sa main gauche.

Je me suis retourné tout contre lui, seuls au monde devant tous les yeux braqués. J’ai ôté l’adhésif délicatement. Il y avait deux billets d’avion glissés. Pour Moscou. Je me suis brusquement penché en avant et j’ai enfin vomi.

Je me suis relevé, tout blanc, et j’ai croisé le regard de mes beaux-parents dont les visages étaient passés du sourire éclatant au regard interloqué. Benjamin ne bougeait plus. Une employée de maison était déjà au travail avec sa serpillière.

Mon chéri m’a pris par la manche et m’a tiré dans une pièce isolée de l’appartement gigantesque de ses parents. Me prenant le visage dans ses mains chaudes il m’a forcé à le regarder dans les yeux. Je lui ai tout dit : le départ de Jun pour l’Asie, son regard perdu, ses mains tremblantes, mon pressentiment, le besoin de faire sortir quelque chose de mon corps, mon manque de sommeil, mon émotion.

Il a collé ma tête contre son torse et m’a caressé les cheveux.

Titre du billet Episode 95 - Xmas
Posté le jeudi 25/12/2008 à 18h37 RSS signifie Really Simple Syndication


Mon réveillon de Noël c’était passé comme prévu, à l’exception du départ précipité de Jun pour l’Asie. Son visage hagard et son front en sueur m’avaient hanté toute la soirée et j’avais passé une nuit ponctuée de nombreux flashs et de micro-temps de sommeil. Le bruit des enfants au réveil pour ouvrir leurs cadeaux me ramenait à la réalité du moment et à la magie qui l’accompagne.

La veille à la messe, j’ai prié longtemps pour Jun après la communion. Je suis resté debout et j’ai prié. Je ne suis pas certain que Quelqu’un m’entendra là haut mais il le fallait, peut-être égoïstement pour me soulager d’un poids. Vider ce qui ne voulait pas sortir de mon corps depuis la veille et que je cachais à m’en rendre malade.

Je n’avais pas mangé, prétextant une nausée (ce qui n’était tout compte fait pas un mensonge). Je me suis donné une gifle pour le courage et surtout m’obliger à sourire. Je ne peux pas gâcher le moment familial avec mes préoccupations.

Autour du sapin artificiel, la famille était réunie pour ouvrir ses cadeaux. Ma mère m’a tendu un paquet et je me suis assis sur la table basse pour l’ouvrir. Autour de moi, les petits déchiraient avec passion les papiers colorés qui volaient par petits bouts. Leurs regards émerveillés m’ont fait du bien. J’ai pris une grande inspiration et le temps s’est arrêté.

Titre du billet Episode 94 - Espoir
Posté le mercredi 24/12/2008 à 11h50 RSS signifie Really Simple Syndication


Le réveillon de Noël était prêt chez ma mère. Comme tous les ans, je connais une partie du menu : foie gras, huîtres, bûche. Benjamin ne m’accompagne pas, il n’est pas convié aux sauteries familiales.

Il me faudrait en premier lieu prendre le RER et rejoindre tantes, cousins et personnes du genre. Je boutonnais ma chemise quand Jun a sonné à la porte. Il avait le front en sueur et un sac de voyage au bout de son bras.

Il est resté dans l’embrasure de la porte, ne voulant pas entrer dans le salon.
« -Ne pose pas de questions Indy. Je pars aider un cousin à Bangkok. »

Il m’a embrassé sur les deux joues alors qu’une larme coulait sur sa joue droite. Son regard était fuyant et ses mains tremblaient. En bafouillant il m’a expliqué qu’un cousin l’avait appelé paniqué et l’avait sommé de venir l’aider. Tout est allé très vite. Trop vite. Beaucoup trop vite.

Assommé par la masse inattendue, je n’avais pas trouvé le moyen de le retenir, le raisonner. Ma bouche est restée à demi ouverte et je l’ai vu descendre l’escalier quatre à quatre.

J’ai crié son prénom et je me suis mis à rire nerveusement tout en pleurant. Il fallait que je vomisse mais rien ne pouvait sortir de mon corps autre que des larmes. Je ne sais pas s’il faut croire aux pressentiments mais à ce moment précis j’étais certain que Jun s’engouffrait dans une histoire trop complexe pour nous et qu’il ne me disait pas tout. Etre fusionnels, cela interdit le mensonge.

[1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6]

Haut de page | Le contenu de ce blog est publié sous la seule responsabilité de son auteur indysansjones | Copyright © 2017 BlogGay
Hébergement gratuit de blogs BlogGay.com | ZeGay | RebeuGay | BlogGayvod.com | Nous suivre sur Twitter | Signaler un abus