BlogGay - Rencontre gay géolocalisée sur PC et Smartphone ! - Cette semaine, nouveaux inscrits - Meetings between gay guys -  rencontres gay et lesbien francophonemeetings gay UKeventi gay in Italiagay ontmoetingen in het NederlandsEventos gay en Españaschwule in 

deutschlandasieOther

BlogGaychat avec des mecs de ta régionZONE DIAL france + 600.000 inscrits | BlogGayVOD 18+ | Rencontres gay & Men's dating |  Gay Vidéo On Demand | Gay WebCam | Suivre BlogGay sur Twitter - Follow on Twitter@BlogGay

Les Aventures Exib de Greg

Depuis la decouverte inopinee des frissons et excitations de situations et scenes exib, il y a quelques annees a l'occasion d'une rencontre minitel, je ne cesse d'explorer les frontieres nouvelles de ces plaisirs insolites et souvent defendus...


POUR MIEU COMPRENDRE l esprit de ce Blog, je sugere de commencer par lire le dernier (ou plus exactement les 4 derniers) billets en derniere page du blog...

Enjoy

Ce blog est l occasion de partager mes experiences, et de rechercher des aventures nouvelles

Album photos de exhibbi

Home |   Profil |   Physique - Sexualité |   Stats |   Chat Gay

Open Minded Bi sports dude
into exhib fun and much more

role play, sub games, toys and exploring new frontiers

Le blog est décomposé en unités d'énonciation datées, appelés billets ou articles / The blog is broken up into dated units of stating, called tickets or articles Mes Billets/Articles

Titre du billet Confiscation de vetements au cine X (part 2)
Posté le dimanche 04/03/2012 à 22h17 RSS signifie Really Simple Syndication


Cette démonstration ne manqua pas de rapprocher certains mecs présents et d'attirer ceux qui passaient par la salle. Ils avaient devant eux un spectacle en "live" et ils pouvaient en profiter plein les yeux, ce qui leur paraissait fort justement plus bandant que le film défilant sur la toile.

Greg pris alors l'initiative de s'assoir jambes écartées et pieds en l'air, pour se goder lui-même. Avec sa casquette,ses skets et son débardeur, il était très excitant et excité comme la plus grande salope de ce lieu.
(la verite, c est que je tremblais comme une feuille tant je n en revennais aps d'etre ainsi offert au regard de tous, et flippais.. et que paradoxallement je noyais mon embarras dans une surenchere d'exhib .)

Je pris quelques belles photos.

Puis, comme un vrai showman du sexe, il se remit en position de levrette, et deux mecs très proches, leurs bites en main, s'approchèrent. Greg se mit à les pomper à tour de rôle frénétiquement. D'abord un asiatique quadra, plutôt bien fait,sans ventre et à la teub de taille correcte. Puis un arabe BM qui prit du plaisir à se faire sucer vu l'expression de ses petits gémissements et encouragements à ce mec salivant sur sa bite.

Après un moment assez long, Greg jouit par son sexe assez abondamment sur les sièges. Mais il est certain qu'il avait déjà jouis par l'anus plusieurs fois depuis un bon moment!

Ensuite, après quelques positions bien exhibitionnistes, nous reprîmes le chemin de la sortie.

Il me remercia et s'empressa de me demander de lui communiquer les photos qui furent plutôt réussies (jugez vous-mêmes).

Nul doute que nous referons un plan tout aussi hot et différent dans les prochains mois.
Car Greg est vraiment un exhib hard de grande qualité!

Bob HSLUT
http://slutboy.webxblog.com
(photos Droits Réservés: Bob HSLUT)

Titre du billet Commande du Jour : NU AU VOLANT
Posté le dimanche 04/03/2012 à 21h32 RSS signifie Really Simple Syndication

Avec un pote exhib du nord de la France, nous nous sommes mutuellement lances des defis exhib, avec obligation de rendre compte des resultats en s'envoyant mutuellement la photo pour preuve de la bonne et complete excecution de nos "commandes" respectives.

Ma commande du jour ( de la semaine en fait, que je conretise in extremis ce Dimanche ) :
une photo entierement nu, au volant.

Pas si facile a faire que ca.. car evidement je n allais pas aller me planquer au fond d'une impasse de zone industrielle desafectee, mais plutot en pleine ville, et entre les foules de sortie par cette belle journee ensoleillee, les bus plein de passagers qui s'arretent pile a cote de la voiture au feu rouge ( je n'avais pas prevu celle la.. et me suis fait surprendre pas une mais deux fois !!!) les cameras de surveillance plantees a chaque coin de rue... ca devient de plus en plus un challenge.

Mais voila.. MISSION ACCOMPLIE

Desole pour le plan un peu trop rapproche ( avec le telephone a bout de bras) et les ombres portees....
Tout lisse et epile de frais, je suis particulierement d'humeur a mes jeux exhib..et plus ces jours ci....



.


Titre du billet Homme de menage Nu
Posté le lundi 27/02/2012 à 00h32 RSS signifie Really Simple Syndication


Le comble de l'exhib c'est de proposer ses services pour des jobs nu ( bricolage, menage, service pour diner prives, travaux de peinture etc..)

Voici une photo prise lors de l'un de ces jobs ou je suis non seulement nu, mais a la merci de mon employeur (ou employeuse eventuelle)
Je vous laisse imaginer les abus dont je peux faire l'objet. le plug dont je suis affuble et la laisse a couilles qui pend entre mes jambes vous donne peut etre une idee,,,

J'en ferais quelques recits dans des billets a venir.

En attendant, voici la photo de la semaine.


.

Titre du billet Qui domine qui ? exhibe par un COUPLE
Posté le dimanche 26/02/2012 à 23h47 RSS signifie Really Simple Syndication

Parmi les plans qui m ont laisses les souvenirs les plus marquants,
Celui-ci qui date d une quinzaine d’année, et jamais égale depuis dans le genre :
J avais rencontre ce couple ( eh oui, couple h/f en ligne )
Ils cherchaient un jeune mec exhib a mater et exhiber a poil en foret… et parlaient de l éducation de la femme du couple en tant que « dominatrice.. comme vous, j’imagine, ce dernier point me laissait perplexe. Ils m expliquèrent succinctement que dans leur couple le mec était domi, et la femme soumisse, mais que ils cherchaient un jeune mec pour éduquer la nana a devenir dominatrice dans une certaine mesure, et sous le contrôle de son mec.
Le mec ne m’intéressait pas trop ( il avait l’air un peu « dur », plus age et assez revêche, mais la fille avait l’air vraiment canon, et pas le genre a faire de mal a une mouche, je me disais que je ne risquait pas grand-chose et acceptait.

Rdv était pris un soir de la semaine suivante sur un parking de la foret de Montmorency.
Ce n était pas connu pour être un lieu de drague particulier, mais j avais remarque en effet que quelques voitures y rodaient parfois dans la nuit. Je me disait que l’exhib resterait relativement « intime » ce qui me convenait assez bien ( j’en étais encore a l époque a la découverte des plans exhib, et l’idée d’être vu par plus d’une personne a la fois m’inquiétait encore plus qu’elle ne m’excitait)

Ce soir la j’étais déjà envahi par l’excitation, en m’habillant comme on me l avait demande, un jean, chemise blanche, tee shirt blanc, slip blanc, casquette, cho7 blanches et basquettes…) c était une agréable soirée du début d automne et le temps était encore très doux malgré quelques relents d une brise légère qui faisait frissonner les arbres de ci de la avant de s’éteindre a nouveau.
J’étais un peu en avance.. le parking était désert… je m’en doutais un peu et le contraire m aurait contrarie je pense, je frémissais déjà a chaque craquement de branche en sous bois, et au moindre bruit de moteur au lon, tres loin, je manquait de me précipiter me planquer dans ma caisse…
Bref, ca faisait bien 20 minutes que j attendais et l heure du rdv était passée déjà depuis prés de 10 minutes.. je commençais a croire au lapin… et aucune des 3 voitures passées depuis le début de mon attente devant l entrée du parking ne ressemblait a celle que j attendais. Soudain la voila qui apparaît, ralentis et comme au cinema en « slow-mo » après avoir marque un temps d’arrêt pour passer sous le porche d’entrée du parking, lentement , majestueusement, la jaguar, s avance vers moi.
Jamais une voiture n’avait si bien porte son nom, debout vers le milieu de ce grand parking pourtant couvert par la large frondaison des majestueux arbres alentours, je me sentais comme une proie vers laquelle s avançait inexorablement un félin souple et musculeux, trop sur du dénouement de la rencontre. J’étais fait.
La jaguar s’arrête, en plein milieu du parking, m inondant de lumière dans ses puissants feux tous allumes. Un bref appel de phares ; c’est le signal.
Je ne distingue pas du tout qui peut être dans la voiture tant les feux sont forts. Je me sent comme un papillon de nuit hypnotise par la lumière aveuglante. Comme machinalement je commence mon strip tease. Les instructions étaient précises. L ordre des vêtements, les postures a prendre, les temps d arrêt a marquer, le regard fixe… fixe dans le vide car je ‘ y voyais rien.
La chemise ouverte tout d abord, puis le pantalon baisse aux chevilles jambes tendues de profile dans les phares de la voiture, un quart de tour, dos a la voiture, me rebaisser jambes toujours tendues pour délacer mes chaussures.. j’avais l, impression que la lumière des phares transperçait le coton blanc de mon slip tant la position me semblait vulnérable et impudique la au milieu de ce grand parking.
J ôtais le pantalon… remettais mes chaussures me redressais toujours dos a la voiture,
C était presque une chorégraphie.. je l avais répétée chez moi depuis deux jour en essayant de m imaginer al situation..mais la ca n avait plus rien a voire j’étais comme dans une autre dimension…
Déjà je n’étais plus qu’en sous vêtements, la chemise avait glisse au sol a mes pieds a cote de mon pantalon. Les mains sur la nuque j opérais un nouveau demi tour et me retrouvais comme demande , face a mes prédateurs. Je croisais les bras , devant le bas de mon teeshirt blanc et le remontais derrière la nuque, jambes demi écartées m appliquant du mieux que je pouvais a coller aux instructions que j avais reçues et me repositionnais mains sur la nuque en position d attente…
A compter de ce stade je n avais plus rien a faire qu’attendre les instructions ou prise en main éventuelles que j avais accepte. La voiture avança un peu s arrêta a nouveau toujours plein phares.. moi qui pensais m habituer lentement a ces six gros projecteurs braques sur moi, je me retrouvais aveugle de plus belle. Le feulement du moteur tournant au ralenti , son souffle chaud et régulier que je sentais maintenant sur ma peau me fit prendre encore plus conscience que j’étais définitivement a la merci de l’animal ( et ses occupants..)
Encore un long moment , je réalisais a chaque bruit que je n avais plus aucune échappatoire.


Titre du billet Qui domine qui ? (part 2)
Posté le dimanche 26/02/2012 à 23h45 RSS signifie Really Simple Syndication


Puis, lentement , la porte passager s ouvrit, pas de lumière a l’intérieur de la berline, et il me fallu un moment encore pour qu’après qu’elle s’ouvrit largement et complètement une élégante silhouette se dépliant de son siège ne sorte et s avance vers moi avec un cliquetis de talon haut sur l’asphalte du parking – je jaugeais qu elle devait faire 1m78, une grande belle silhouette féminine dans un trench-coat, perchée sur de grandes et fines jambes sur de haut talons aiguille, une abondante chevelure que je devinais bien qu’elle fut coiffée en chignon,
Elle portait un fin loup de soie noire, s approchait lentement, tranquillement , tenant a la main une baguette, marqua un temps d arrêt, me contempla a nouveau fit le tour.. puis commença a me caresser et corriger ma posture du bout de sa baguette… je réalisais que la baguette était en fait une cravache, j étais maintenant envahi de son parfum, un doux mais puissant parfum tres envoûtant qui m enivrait
Sa cravache caressait la pointe de mes tetons, remontais mon menton, frappait doucement par derrière entre mes cuisses pour que j écarte un peu plis les jambes, remontais jusqu’ a mes fesses, les flattais du plat de la cravache, frappait plus fort sur le haut de mes reins , la vive surprise me faisant cambrer davantage.. apparemment ce qu’elle voulait…puis elle caressait mon cou, mes hanches du bout de sa badine, le contour de mon slip qui me semblait désormais un rempart bien dérisoire a ma pudeur dans il avait du mal a contenir une magistrale érection, et déjà des perles d excitation qui devaient suinter a travers le coton et l élastique de la ceinture du slip… la cravache caressa lentement le renflement que faisait mon chibre sous le coton tendu… très lentement , s attarda sur le gland qui palpitait devant l intensité du moment…. Une voiture se fit entendre qui montait la cote , mon corps se raidit, d une pression du bout de la cravache je senti que je devais tenir la pose, ma respiration haletante que j avais du mal a maîtriser déjà se figea comme si elle allait figer avec elle l’espace temps et me préserver de risquer d’être surpris ainsi … la cravache appuyait plus fermement a mesure qu approchait inexorablement le ronflement de la voiture … j eu l impression que la situation l excitait et qu elle se caressait a travers son imperméable.. je percevais maintenant le halo des phares de cette voiture , encore deux lacets et elle serait la ..
Soudain, elle tomba son trench coat, et apparu encore plus sublime, plus nue que nue dans une guêpière qui semblait noir et bleutée lacée dans le dos qui laissait apparaître deux majestueux seins fermes et veloutes aux tétines fines et dressées que le contre-jour de la jaguar rendaient encore plus obsédant et arrogants, une cambrure majestueuse sur une croupe a peine masquée par une petite culotte assortie en soie, les jarretelles de la guêpière qui s’accrochaient a de superbes bas qui laissaient apparaître nimbes de lumières le haut de cuisses galbées et fines …
L’autre voiture continuait d’approcher, avec cet élan de « solidarité » je me sentait comme challengé de rester dans la position au bout de sa baguette quoi qu’il advienne. .. je me sentait maintenant presque comme deux amoureux risquant d’être surpris en plein coït, tant mes sens , mes muscles, étaient tendus
La voiture passa l entrée du parking… rétrograda pour aborder la cote suivante, ralenti je respirais a nouveau.. la cravache me caressa doucement comme on l aurait fait pour encourager et recomenser un enfant ou un chien obéissant. Je goûtais a nouveau au plaisir du moment et me demandait ce qui allait bien pouvoir suivre…
Mon bourreau se caressait maintenant ostensiblement alors qu elle reprenait son inspection de mon anatomie du bout de sa cravache dans les moindre détails, me tournant autour lentement.. un détail atirait cependant mon attention, le moteur de la voiture de tout a l heure était toujours bien audible, il aurait dut s evanoir dans la nuit depuis plus d une minute maintenant..se pourrait il qu il revienne ?... le bruit en effet se faisait plus audible a nouveau, et était moins sonore qu avant comme si la voiture était cette fois en descente.. ma cavalière senti mes sens a nouveau en alerte, la pression de sa cravache m intima comme imperceptiblement mais fermement l’ordre silencieux de tenir la pose. Mes mains sur la nuque, jambes écartées, le slip mettant en valeur mon sexe et mes fesses avec ce blanc éclatant dans la nuit plus qu’;il ne me couvrait, surtout ce bout de coton blanc suintant d humidité qui désormais moulait de tissus devenu translucide sur toute la partie autour de mon gland.

Titre du billet Qui domine qui ? ( Part )
Posté le dimanche 26/02/2012 à 23h41 RSS signifie Really Simple Syndication


La voiture revenait assurément, nous avait elle repérée ?.. nous peut être pas, mais une auto tous phare allumes sur le parking d une foret sombre.. c est en effet difficile a ne pas repérer,,
La voiture ralenti, se présenta devant le portique du parking…. Je flagellais.. sans la pression ferme de la cravache contre mon bas ventre j aurais imagine sans doute me cacher ou je pouvais…
La voiture nous voyait maintenant et ses phares blafards se joignaient maintenant a ceux aveuglants de la Jag…
La voiture s immobilisa puis manœuvre pour se garer un peu plus prêt mais encore vers l entrée du parking, éteint le moteur puis les phares ..silence plus que le feulement régulier du V12 de la Daimler a 4 mètres de nous.. lentement comme a tâtons, ma maîtresse d’un soir repris sa ronde autour de moi.. elle semblait elle aussi faire partie d une chorégraphie, marquant chaque pas, chaque mouvement comme pour en faire un geste sublime…
Je ne savais plus comment réagir…me laissais faire et le cours de notre jeux reprenait lentement son cours…
Petits coups de cravache sur les fesses, et sur les testicules qui me fire reprendre de la vigueur malgres moi, puis elle se pencha vers son imper laisse au sol,, en sorti un objet brillant de la poche… metalic, froid qu elle applica contre mon dos puis mes seins en els caressant lentement.. une grande paire de ciseaux.. elle les promena autour de ma taille, entre les jambes avec des air de castratrice .. puis lentement comme si c était écrit découpa d un coup l étoffe du slip, dénudant mes fesses, puis devant , relevant mes testicules mais pas ma bite puis come un coup de grâce, elle coupa l élastique d un coup sec, qu ;elle retint en place un instant avec le manche de la cravache puis de l autre cote et lâcha le tout , laissant l étoffe tomber mollement , a peine retenue un instant par mon sexe dresse avant que d un léger mouvement de la cravache elle ne l en décroche, me révélant dans ma nudité absolue.. j avais bien encore le teeshirt sur les épaule relevé derrière la nuque mais il me semblait désormais davantage un repère blanc dans la nuit, attirant l attention sur ma nudité, qu une protection d aucune sorte.
De la cravache, je sentit mon appareil génital souligne, redresse, courge, dessine lentement , puis titille… Se penchant a nouveau vers son imperméable a deux pas de moi elle saisit une bague métallique avec laquelle elle me caressât le dos , me procurant un frisson entre le froid, l angoisse, l excitation et le plaisir.. puis la bague se positionna sur ma verge, le temps qu elle sorte de son manteau un autre objet.. au sinistre cliquetis métallique..je reconnus immédiatement une paire de menottes, d un geste je compris que mes mains devaient passer dans le dos.. je m exécutais presque inconsciemment, et fur saisi de frayeur aussitôt le clac de fermeture des bracelet… mais je bandais comme jamais.. apparemment elle appréciait l effet produit, l essayais confusément de faire la part de l excitation et de l angoisse, mais mon érection monumentale et les perles de liquide qui suintaient abondamment de mon gland le long de la hampe de mon sexe, trahissaient mon degrés d excitation. J essayais de faire la part des choses, était ce cette sculpturale et douce dominatrice, le voyeur dans la voiture, ce mystérieux véhicule surgi de nulle part, la lieu ?...et toutes les inconnues a venir ?..
La bague en metal me caressait maintenant en lent va et viens la verge.. puis elle la retira, l’ouvrit en deux par un petit mécanisme et me saisissant fermement en même temps qu avec une infinie douceur les testicules, elle les emprisonna d un geste expert dans ce carcan d acier.
Elle inspecta du bout de sa cravache cette nouvelle configuration dans laquelle je me trouvais, s assura du geste suivant que les menottes tenaient fermement, flatta mes tetons de quelques petits coups de cravache
Puis se pencha une dernière fois vers l imperméable toujours au sol, en extirpa un sangle de cuir sombre cloute dont elle me caressa avec un sourire mêle de tendresse et de malice qui me petrifia d inquiétude.. la sangle était déjà autour de mon cou, cloutée comme un gros collier de chien et elle la dédoubla d une lanière qu elle en sépara et qu elle s amusa a se passer entre les jambes avec un mouvement de va et vient que j aurais trouve vulgaire sur tout autre femme et qui m excitât de rechef de la voire faire autant pour moi que pour exciter le conducteur que j avais presque oublie au volan de la belle Anglaise…. La fine sangle semblait devenir luisante de son excitation a travers la fine soir de sa culotte…. Ma bite pulsait honteusement.
Puis elle passa la sangle entre mes jambes et me caressa de la même manière me procurant des sensations étranges entre la communion de ce qu’elle venait de se prodiguer devant moi, l’embarras d’une caresse que je trouvais peu virile, et les sensations étonnamment nouvelles et tout compte fait agréable qui couvraient mal l inquiétude que j avais de ce qu elle allait faire ensuite de cette sangle..
Je fus surpris de constater qu elle s’accroupi devant moi, légèrement de profil de sorte a ne pas s interposer a la lumière des phares, ne put retenir quelques furtif coups de langues sur le bout du bout de mon sexe… une caresse qui semblait prendre possession de mes testicules et elle enfila la sangle dans une petite boucle a cet effet dans l anneau ou elle avait emprisonné fermement tout a l heure mes bourses… elle me tenait maintenant fermement par cette laisse reliée a mes testicules , et me contrôlait du bout de sa cravache.. entrave j étais plus que je l aurais imagine a sa merci.. comment avais je pu accepter d en arriver la… ?!..

A nouveau elle me contempla en me contournant dans un sens puis l autre agissant desormais sur la laisse pour me faire courber ou redresser, cambrer ou exposer ma croupe … je compris vite le pouvoir qu elle prenait sur moi avec ce nouvel outil et les positions qu elle pouvait m imposer….
Elle se caressa a nouveau devant moi , puis dans un mouvement digne des plus grandes pages d érotisme, cambra sa croupe magistrale et accompagna sa culotte qui se détachait de ses fesses puis de sa vulve en une interminable caresse, l accompagna jusqu’a ses escarpins le long de ses jambes gainées de bas… se redressât, porta un doigt ingénu a sa bouche, fis un bpas de copte puis se pencha a nouveau révélant sa vulve entre ses fesses dans toute sa splendeur avant de se redresser tout en caressant sa jambes son ventre et maintenant ses seins et son cou avec l étoffe de son petit slip… elle me le brandissait maintenant sous le nez, du bout de sa cravache
Elle me rendait dingue, me caressait maintenant les fesses puis la verge en m effleurant a peine avec….
Puis me fis ouvrir la bouche et me fit enfourner l étoffe toute entière au fond de ma gorge comme un baillon improbable emplie de convoitise autant que de tourment..

Je contemplais du coin de l œil son ventre et son pubis lisse, , le sillon de ses lèvres impeccablement dessinées et luisantes de l excitation qu elle partageât avec moi, j en avais plein la bouche dans le tissus soyeux de sa culotte

Un clignement des phares de la voiture….
Elle se ressaisit, repris fermement les rênes attachées a mes burnes me faisant mal l espace d une seconde, puis d un mouvement de la cravache me fis me tourner vers le chemin qui s enfonçait dans le bois. Elle attachât fermement la sangle reliée a mes testicules la passant entre mes fesses et l accrochant au collier par derrière mon cou
Cela tirât tant que je m’en étranglais un moment avant de me contorsionner dans une posture acceptable.. un vigoureux coup de cravache me cingla les fesses et m intima l’ordre silencieux d avancer..
Je n avais d autre choix que de m’exécuter,



,

Titre du billet Qui domine qui ( part )
Posté le dimanche 26/02/2012 à 23h19 RSS signifie Really Simple Syndication


Nous entamions maintenant le chemin de terre qui s enfonceait en sous bois
Il était ferme a la circulation mais assez large pour laisser passer els camions forestiers et meme plus, la lune eclairait largement les bords du chemin
Ma « Maitresse » ralentissait le pas, je realisais que ses talons devaeitn lui rendre le chemin plus delicat a négocier, ce qui me redonnait un cran d egalite avec elle. Je réalisais aussi que nous etions seuls.
Une clairière se révélait sur le cote, j avais la tète penche en arrière et j avais du mal a garder le regard horizontal du fait de la tension de la sangle qui tirait mes couilles dans mon dos…
Elle me dirigea vers la clairière toute proche et contre une table de pic nique..
Me fis monter dessus…
Et cependant que j entendais au loin les portes de la voiture se fermer, et des pas s approcher de nous, elle entrepris de désangler le collier et détacher les menottes qu elle me rattachât aussitôt devant moi
Me fis mettre a 4 pattes, sur la table de pic nique jambes écartées me fit cambrer en manipulant la laisse a couilles d un mouvement ferme, puis entrepris de caresser mon scrotum pui mon anus du bout de la cravache cependant que j imaginais au son des pas que son mec approchais..
Soudain je sentis une sensation froide et suintante dans le sillon de mes fesses ..suivi d une caresse, cette fois plus douche, du bout des doigts semblait t il.. il sorte de gel..
Me contournant, elle me caressa le visage avec un objet que sans doute son complice venait de lui avoir apporte.. un objet en latex je ne fus pas long a comprendre qu il s agissait d un gode… elle me l enfonça dans la bouche , tant bien que mal tout bâillonné que j étais de sa petite culotte.. puis me contournant a nouveau , elle me caressa le sillon fessier en 3 lents vas et vient avant d enfoncer l engin d un coup sec auquel je ne m attendais pas, retenant aussitôt ma réaction de défense, par une pulsion aussi ferme sur la sangle reliée a mes couilles… une douleur chassant l autre, je m offris au gros chibre de latex, maintenu cambre a l extrême par la laisse a couilles et les claquements fermes et réguliers de la cravache sur mes fesses, qu elle alternait encore mais de moins en moins de douces caresses

Alors que je me familiarisais a ce traitement et la pénombre toute relative de cette nuit presque de pleine lune, je distinguais le bruit caractéristique puis la silhouette d un mec en train de se branler devant moi a quelques 10 ou 15 mètres de distance…
Je ne sais aps si j avais vraiment prévu ca… mais je réalisais que cela m excitait de plus belle de meme que ma belle amazone qui redoublait de vigueur autant de ses coups de godes me déchirant presque els entrailles de ses coups de boutoirs que de ses coups de cravache .. ou du ceinturon relie a mes couilles qu elle tirait par saccades quand elle ne me frappait pas les burnes de coups fermes du bout reste libre de la sangle… j en avais pour mon compte..
Je n’avais pas du tout d expérience sm bdsm ou autre, et j aurais donne le bon dieu sans confession a cet ange en guêpière… et sans les airs d ange, et le physique de bombe atomique de mon bourreau, je ne me serais jamais embringue dans une telle situation…. Je ravalait la douleur de ces sévices autant par fierté masculine devant celle fille sublime, que par amour propre, en même temps que je découvrais que les sensation évoluaient progressivement vers des choses nouvelles et différentes plutôt inattendues même ..
Je sentis alors une claque ferme du plat de la main sur ma croupe cambrée,. Qui poussa du même coup le gode tout au fond de mon rectum manquant de m étouffer sur la culotte coincée au fond de ma gorge,. Une telle main ne pouvait être celle de ma dulcinée.. sans doute sson mec.. mais je le croyait en train de mater devant moi et se branler… je me ressaisi et vérifiais alors qu une deuxieme claque s assaini encore plus ferme et vigoureuse.. je m étouffe dans le slip et me raidit tant la traction sur la sangle qui retient mes couilles est vive sous ma réaction… puis une 3e avant même que je n ai eu le temps de reprendre mon souffle.. puis c est ma « maîtresse qui reprend le main… ôte le gode de mes entrailles, inspecte semble t il mon anus endolori, le caresse avec une grande douceur puis me fait redresser avec sa cravache sous mon menton, me fait descendre de la table, me remet les menottes dans le dos, y attache la sangle toujours reliée a mes burnes.. créant ainsi de nouveaux tiraillements et une positions qui me tire les épaules en arrière, me faisant marcher la bite toujours aussi raide a ma grande surprise ( je l avais presque oubliée dans tout ca..) et bien en avant.. tout en me cambrant la croupe. Les coup de cravache pleuvent sur ma bite, .. rapide et furtifs mais implacables et incessants alors que d un surprenant coup de pied de son escarpin pointu dans les parties génitales elle me remet en marche…
Je suis prêt a arrêter le plan car je n avais aps signe pour ce genre de traitement… mais notre marche a déjà repris et il semble que nous ne sommes a nouveau plus que tous les deux elle et moi.. le chemin devient plus étroit, et la cravache me caresse les fesses maintenant presque tendrement, je fond littéralement sous tant de douceur inattendue après les traitements reçus et m imagine qu’elle me traite durement uniquement en présence de son compagnon, t s abandonne a plus de sentiments aussitôt que nous pouvons nous trouver seul

Cependant que nous marchons, je perçoit le ronronnement caractéristique d une route a circulation, peu de voiture semble t il mais quelques camions a intervalles réguliers
J essaye de me repérer il doit être 23h30 peut être minuit tout au plus, et j ai du mal a localiser la route, il y a bien une départementale qui relie la nationale au loin a la rocade mais elle me semble devoir etre beaucoup plus loin.. assurément je suis totalement désoriente, nous arrivons prés d une percée de la foret… ; mon amazone est maintenant toute tendresse avec moi, je suis entrave, a sa merci mais ses caresses me remplient de délice, je suis arrête debout elle face a moi elle se frotte presque imperceptiblement en oscillant contre moi, mon sexe dur est plaque contre sa cuisse, ses seins frôlent mon corps de haut en bas et cette intimité inattendue et les entraves qui m empêchent de rendre ses caresses se revaillent se transformer en un supplice plus pervers encore que les fessées et coups reçus tout a l heure sur la table de pic nic et une partie du chemin.. quel paradoxe
Apres prés de 10 interminables minutes de ce traitement, elle m approche toujours avec beaucoup de tendresse de la clairière, le réalise alors que nous sommes au détour de la fameuse départementale, et a trente mètres tout au plus de la route ou passent a fréquence régulière les camions reliant paris au nord de la France avant de rejoindre l autoroute vers Roissy
Je panique un peu et fais un pas de recul, elle s en amuse et me rassure d un baiser inattendu sur les lèvres non dans saisir fermement la sangle toujours reliée a mes testicules.
Elle m entraîne un peu plus avant a ma grande panique…. Me fait mettre a genoux promène un moment son ventre devant mes yeux écarquilles, , mes lèvres meurent de l embrasser au creux de son intimité, mais mes lèvres sont immobilisées par l étoffe qui m étouffe au fond e ma gorge depuis tout a l heure..


Titre du billet Qui domine qui ? (part )
Posté le dimanche 26/02/2012 à 23h11 RSS signifie Really Simple Syndication

Elle me laisse seul un moment.. je m inquiète un peu et réalise a chaque balayage des phares des camions comme la route est proche et comme ils pourraient presque me balayer de leur phares sans ce dernier bosquet qui me protège de ce virage de la route…
Elle réapparaît enfin avec a la main un énorme cône de circulation
La vision est un peu incongru de cette bourgeoise sublime et sophistiquée manipulant cet énorme accessoire de chantier, elle le positionne a 3 ou 4 mètres devant moi,
Un véhicule se fait entendre et passe en trombe , éclairant au passage le cône que je peux voire dans toute sa symbolique phallique a présent. Elle me fait signe de me redresser et m approcher… sort de sa guêpière un préservatif qu elle fait coulisser avec une sensualité provocante sur le haut du cône… puis une fine et longue fiole de lubrifiant qu elle avait dans son corset qu elle fait ruisseler sur le haut du cône… puis elle me fait signe que je crains de comprendre, et se saisissant a nouveau de la sangle qui ne me donne aucune alternative dirige ma chatte encore toute endolorie du traitement auquel j étais peu habitue encore de tout a l heure sur la table.. et l entraîne vers la pointe du cône….
Je trébuche a demi et m enfonce plus vite que prévu sur le grand cylindre… j ai honte de m être laisse mettre dans ce genre de situation… je sursaute sous la douleur de m’être enfonce trop fit et trop profond sur l objet pointu mais aussitôt la ferme pulsion sur mes couilles me fait descendre de tout mon poids sur le cône qui écartèle la chatte d’hétéro que j étais encore essentiellement a l epoque, .. mes cuisses sont tendues de part en part pour tenter en lutter contre l apesanteur mais entre les pulsions saccadées et inexorables de la sangles sur mes couilles endolories, et la position vite intenable pour mes cuisses pourtant sportives, je m enfonce inexorablement et a m en faire peur sur le cone lubrifie..
Je n en puis plus, je suis empale comme jamais j aurais cru pourvoir le supporter, elle se recule me regarde et bondit vers moi, m embrasse goulûment comme si elle était tellement fière de moi.. j essaye de répondre a son baiser fougueux, ..rien a voir avec le furtif frôlement de lèvre de tout a l heure.. mais je suis tout engoncé dans ses dessous qui entravent la langue et mes lèvres.. , profitant de ce relâchement momentané, je crois pouvoir me relever un peu…sans réaliser qu elle en a profite pour glisser la laisse a couilles sous le cône ou elle m abandonne a nouveau me laissant me débattre entre l inexorable déchirement de l enfoncement et la laisse qui tire implacablement et tire sans merci a chaque tentative de me soulager un peu…. De ce va et vient s’en suivent une sorte de convulsion rythmique n’ayant pour but que de trouver et essayer de maintenir la posture la moins douloureuse alternativement pour les testicules ou l anus écartèle de part en part.
Je réalise alors au passage du camion suivant que je suis bel et bien visible de la route et qui plus est, dans la course des phares des véhicules qui entament le virage sur la route voisine…
Une nouvelle peur panique m’envahit
Je suis stupéfait de constater que mon bourreau est désormais quant a elle tout au bord de la route, offerte aux regards de quiconque passera… faisant mine de faire maintenant du stop d un air aguicheur..
Un premier véhicule passe. Une camionnette… ne ralentis pas mais klaxonne … le spectacle fait mouche.. au moins me dis je cela fait diversion de ma situation peu enviable alors que je m étonne de trouver le moyen de m habituer a l inconfort de la posture…ce sont maintenant presque mes épaules tirées en arrière par les menottes que je port dans le dos qui m insupportent le plus

Un 2e véhicule arrive, un gros semi remorque…il roule lentement , ralenti et s arrête sans hésiter une seconde, elle monte sur le marche pied et lui dit quelques mots, le camion manœuvre se gare, entre la route et moi, puis le routier descend, il est avec un comparse,,,.. a ma grande surprise elle les guide vers moi…
Les mecs sont consternes se marrent un peu.. je tortille du cul,, , elle me tripotte ôte mon tshirt qu ;elle jette au loin vers la route comme pour mieux m offrir a eux, puis sort leur bites de leur pantalons… elle en branle un pendant que l’autre se masturbe tout seul du spectacle, elle invite les mecs a me toucher, je n’en reviens pas,. Ils lui obéissent et les doigts de l un deux déjà s insinue dans la chatte explosee sur le cône - Je sent bien qu’ils ne rêvent que de la culbuter, mais c’est sur moi qu’elle arrive a concentrer leur attention.
Le premier éjacule, sous les caresses de ma déesse elle dirige le jet sur moi… je suis aspergé de longue giclées de sperme et elle s essuies la main sur mon visage alors que le second suit le mouvement et gicle sur ma hanche et ma cuisse.. la sensation de ce sperme commençait a ruisseler lentement sur moi est pour moi le comble de l humiliation
Elle raccompagne les chauffeurs a leur bahut, se laisse flatter la croupe mais incroyablement n a pas eu a « payer de sa personne » le camion repart.. je me détend un peu a l idée de la fin de mon calvaire… mais la vois aussitôt reprendre la pause
Et aussitôt un autre camion de s’arrêter.. le cinéma recommence, a ma stupéfaction son cinéma fonctionne a nouveau.. elle est déjà en train de branler le mec sur moi , il me fais les seins et voudrait que je le suce…. Vu la position c est même pas une option… cependant qu un deuxième véhicule s est arrêtée qu en sortent deux mecs qui déjà sont sur nous, ils sont tout émoustilles.. et je redoute comme si je tais son protecteur qu ils ne violent ma belle blonde.. mais comme par magie elle parvient a fdiriger et accompagner leur libido déchaînée sur ma personne, me libère du conne sur lequel je suis et leur tendant des capotes je me retrouve embroche par un puis deux puis les 3 mecs a tour de role, qui n en reviennent pas de la voire extirper une petite culotte toute trempée du fond de ma gorge ce qui semble les exciter encore plus, elle branle le 3e dans cette même petite culotte, leur intime lordre de se retirer de moi et s assurer de me gicler dessus ce que tous els deux dernier font quasiment dans la foulée, sur mon dos pour l un et sur mon cou et mon torse pour l autre m ayant a peine laisse le temps de me redresser les mecs repartent aussitôt gicle avec a peine un mot de remerciement… je reprends mon souffle a peine qu elle m enfourne sa culotte gorgée désormais de sperme au fond de la gorge, et d un coup de cravache et de la laisse toujours attachée a mes burnes me refait prendre le chemin du sous bois
Je suis ruisselant de sperme, la fraîcheur de la nuit me fait frémir a chaque goûte qui perle lentement eu cru de mon dos , sur mes tetons et partout le long de mon corps
Ma dulcinée semble s en amuser
Titre du billet Qui domine qui? ( part )
Posté le dimanche 26/02/2012 à 23h01 RSS signifie Really Simple Syndication

Nous arrivons déjà a la table de mes tortures de tout a l heure…
Une ombre nous dépassé et place le gros gode de tout a l heure sur le banc de la table… c est sans doute le mec de ma cavalière…
Elle me fait signe de m’asseoir dessus, j ai toujours les mains dans le dos mais la chatte tellement tuméfiée que je crois que je n y arriverait jamais alors que pourtant ca rentre comme dans du beur.
Je suis assis de tout mon poids sur le gros mandrin… ma bite est dressée devant moi de manière presque insolente.. a ma surprise ma dulcinée se penche sur moi et l enfourne de tout son long et commence un long et délicieux va et vient qui me fait cambrer et frémir de sentir a nouveau le chibre qui rempli ma chatte et que j avais presque oublie surpris de cette fellation inattendue.. je réalise a peine l arrivée de son mec qui déjà besogne sa chatte par derrière , et assorti le va et vient de brutales claques sur sa croupe .. je frémis a chaque coup tant de la violence des claques que ses coups de bites qui font onduler tout son corps jusqu’a ma bouche , deux mecs se sont rapproches qui se branlent en matant la scène l un essaye de venir peloter les seins de la fille, il se fait rembarrer aussitôt par son mec… il se rabat sur mes fesses besognees par le gode sur lequel je suis assis ca a l air de convenir a tout le monde, la nana le masturbe discrètement , le mec est sur le point de jouir sa nana le connaît bien et saisi son chibre court mais étonnamment large, et le fait gicler dans de longs râles de soulagements en interminables gerbes qu elle dirige sur mon torse et qui jaillissent jusqu’q ma gueule, , je n en puis plus, l autre mec a joui déjà dans la main de notre nymphe, et j explose a mon tour … le dernier mec semble avoir fait son petit business dans son coin… je suis toujours empale sur le gros gode,,, comme résigne.. la nana ôte la culotte que j ai dans la bouche et me fait lécher sa main dégoulinante de sperme je ne me serais jamais vu faire ca mais venant d elle, je m exécute et y prend un plaisir étonnant
Enfin elle me libère de mes menottes, , me soulève du gros gode,
Il ne me reste plus que le collier et l entrave autour de mes testicules j ai la chatte totalement tuméfiée et ruisselante de gel me procurant paradoxalement une étonnante et assez délicieuse sensation…
Son mec fait un signe a la nana qui se met a lécher mon cul tout tuméfie… je frémis tant la zone est sensible mais force est de constater que j adore ca… , il se remet a la fesser comme pour la forcer a mieux s appliquer, je suis presque gène pour elle et m offre du mieux que je peux pensant réduire sa peine, puis me retournant il lui intime l ordre de me lécher.. je comprends vite qu elle a pour mission de me lécher tout le sperme qu elle peut trouver sur moi… je frétille sous ses coups de langue… mais voila notre brute qui se met a lui assener de violents coups de la cravache , comme pour qu’elle s applique d avantage…. Les coups s arrêtent elle continue de me lécher de toute part a l’affût de la moindre traînée de foutre qui pourrait encore être sur moi, me lèche sous les couilles espérant récolter une dernière goutte ayant ruisselé de ma verge, me lèche le visage, partout ou j ai pu recevoir la précieuse semence .. je réalise que ce pendant son mec l a arrache d un gode ceinture qu il avait dans sa poche, je crains de deviner que je vais en reprendre pour mon grade, en effet cette fois ci c est lui qui se saisi de la lanière reliée a mes couilles et me met en position , écartant mes jambes de violents coups de pieds,,, je suis plaque face contre la table de pic nique , elle est a bout de souffle de m avoir lèche avidement de partout et presque au bord ders larmes des coups assènes
Son mec la positionne derrière moi passe la sangle entre ses jambes et la remonte vigoureusement entre ses fesses , empalant le très rigide mandrin de son strap-on jusqu’a buter contre ma prostate en feu…
Pour avoir joui quelques minutes avant, je dois avouer que je n étais guère enclin a offrir ma croupe a nouveau mais je m en serais voulu de passe a cote d un vieux fantasme jamais encor réalise , et de ne pas tenter d en savourer l occasion…
Le mec se mit a pétrir puis claquer a nouveau les fesses de sa compagne, ce qui a son tour rythmait les pénétration de son gode ceinture entre mes reins, , parfois il alternait en prodiguant de petites claques sur mes couilles ou entre ses jambe.. sous tant de sensations nouvelles j étais perdu..
A ma stupéfaction alors qu il lui assenait une redoutable série de fessées, et que je m apprêtait a prendre sa défense, je la senti onduler de toute part et être secoue d un orgasme qui m inondait de toute part… ma cavalière était une femme fontaine et s abandonnait sur mes reins.. elle se retira, encore toute tremblante et soutenue par son mec.. il lui ôta le gode , et je réalisais qu il était double de très impressionnantes protubérances vaginales et anales de son cote et comprenais mieux son organisme que je n arrivais pas a m’expliquer par les seul coups assènes par son compagnon.. il ôta le collier qui m enserrait encore la gorge, frappa mes couilles puis les libera en un tournemain de l étreinte du gros collier métallique qui les enserrait, il me fit relever les jambes et inspectant d un air satisfait mon trou boursoufle le tapotât comme pour me flatter, puis y engouffra 3 ou 4 doigts vigoureusement.. ( je réalisait plus tard qu’il y avait enfourne la culotte de sa nana dont un bout dépassait encore,… elle ôta ses chaussures et tituba tant bien que mal a son bras sur le chemin qui conduisait au parking, .. je reprenais a peine mes esprit comptais mes abatis, et nu comme un vers .. je prenais a mon tour le chemin du parking tout proche.. leur voiture venait de partir alors que j y arrivais…. Je cherchais en vain mes vêtements… ne trouvais que le slip blanc découpe en loque reste au milieu du parking. Je cherchais un peu .. un peu étonné que mes fringues aient disparues et rentrai tout penaud, mais empli d une indéniable jubilation jusque chez moi a 20 minutes de la.

.


Titre du billet Qui domine qui ? epilogue
Posté le dimanche 26/02/2012 à 22h51 RSS signifie Really Simple Syndication


Epilogue :

Je rencontrais le lendemain le mec dans un cafe a Paris, il m avait fixe rdv pour me restituer mes vetements dans un petit paquet
Il indiqua qu ils les avaient pris autant pour qu ils ne disparraissent pas que pour prolonger mon apprentissage de lope a la suite de cette soiree..
Car il ma explique comme il était le Master de sa nan, et comme la session d hier faisait partir de son apprentissage a elle, , et pour lui de constater avec quelle vigueur elle profiterait de sa premiere occasion de se « venger » sur un mec a sa merci des sevices enduree depuis leur rencontres et son « apprentissage »
Il m expliquait aussi comme ils avaient convenus de plusieurs types de scenrios selon ma personalite, et que de son avis j entrais dans la categories des « lopes » qui s’ignores, et que j etais beaucoup plus qu un simple amnateur exhib. C est ce dont ils etaient convenus ensemble a la suite de la sceance sur la table de pic nique et la raison pour laquelle ils avaient sortis le cone de circulation, qu ils ne s etaient d ailleurs pas attendu a me voire utilise de la sorte,
Enfin il me confessa qu en temps normal elle ne m aurait aucunement embrasse ou mem pompe, mais que ayant fait pour eux mes preuves de lope et de sous mec, ce ne tait pour elle aucun desir ni plaisir de me prodiguer ces carresses et baisers intimes qu elle reservait aux vrai mecs dominateurs qu elle appreciat, mais plusot un geste de soumission apr rapport a lui que de s excecuter et le faire presque a contre cœur en signe de soumission a lui… ( voila mon reve de seduction de cette superbe amazone, demoli d un seul coup)
Il confessa que la voiture qui était venue interrompre le debut de notre strip tease était un de ses complices voyeurs et qu il l ont retrouve pour continuer l education de sa copine le reste de cete nuit la.
Constata que sa soumise avait plutôt bien négociée la gestion des routiers, en se félicitant de l efficacité de la Cibi qui avait rameute rapidement un nombre appréciable de mecs en rut . Il m indiquais d un air évocateur qu’elle était connue a cet endroit la, car elle avait été abandonnée seule dans ma position une semaine auparavant sur ce même cône de circulation ou elle était entravée pas les pieds et les mains
Et que avant les vacances elle y avait et exhibée tenue en laisse jusqu’a avoir permis a 10 routiers de se soulager dans ses divers orifices. (décidément ce facies angélique et ce corps de déesse, se comportait comme la pire de traînées.. .la femme de mes fantasmes voyait son image idyllique se lézarder minute après minute)
En résume, il m expliqua qu’elle n était qu un outil entre ses mains, et qu’il s’était bien éclate a m’exhiber puis me loper a travers elle puis directement a la fin.
Il m indiqua enfin que c’était cette même culotte qu’il lui avait fait porter lors de ces deux sessions avec les routiers, et que tout compte fait comme j’étais sans doute aussi lope et pute qu elle, je ferais aussi bien de la garder, ( ca tombait bien car je ne l avais pas apporte pensant la garder en souvenir ) et me recommanda de la porter de temps en temps sous mes costumes de boulot pour me rappeler a moi-même la lope que j étais en réalité. Cette familiarité ne manqua pas de me choquer sur le moment

Mais déjà il prenait congé
Et me laissa méditer ces révélations qu’il venait de me faire froidement sur moi-même.
Des le soir même et aussitôt rentre chez moi ce soir la , je ressortais la fameuse petite culotte, l’observait longuement de part en part avant de l’enfiler comme pour vérifier que je me sentais effectivement bien lope.

Je crois bien que j’ai dormi en la portant cette nuit la.


.
Titre du billet convocation au SQUAT
Posté le jeudi 23/02/2012 à 10h19 RSS signifie Really Simple Syndication


un mec ayant repere les videos que je postais sur Xtube , youtube et autre pour animer ce blog, me parle d'un entrepot industriel recement abandonne et qu'il venait de decouvrir

ce n'etais pas tout a cote mais pas assez loin non plus pour que je ne trouve pas l'occasion de l'y rejoindre pour un scenario exploration , exhib et peut etre meme mise a dispo car il semble commencer a interresser de son cote quelques amateurs dans ce lieu mysterieu, entre les ouvriers qui viennent recuperer les derniers cables electriques et materiaux recyclables, les squatters, les taggeur et les curieux en quette d'aventure... il me decrivait un dedale de pieces, et hangars ou rodaient des ombres furtives ce qui attisait ma curiosite autant que ca alimentait mes fantasmes ...

sitot la vague de froid des dernieres semaines eloignee je profitais de cette belle journee ensoleillee pour m'y aventurer.

le voyeur qui m'en avait parle venait par malheur d'etre mute a l'autre bout du pays, mais il me fit promettre de partager mes impressions et quelques photos sur le blog
et le hazard voulu qu'un contact du net, se trouvant dans le secteur, et curieux egalement de ce lieu, imagine de m'y retrouver, sans s'y montrer, me defiant de m'y exhiber et branler devant un lit qu'il y avait repere, sans que je ne sache d'ou lui et peut etre meme ses amis, m'espioneraient...

plutot qu'on long recit, je vous propose un petit reportage photo et video

une chose est sure, le lieu vaut le deplacement.. et invite a de multiples fantasmes et scenographies


http://www.xtube.com/watch.php?v=Lqmhu-J664-

(compte tenu des censures, voici le lien Xtube de la video en complement de la video en ligne ci dessus)






.
Titre du billet Le LIVREUR de PIZZA (Part 1)
Posté le dimanche 05/02/2012 à 22h25 RSS signifie Really Simple Syndication


Ce soir en rentrant, je tchattais avec un contact sur MSN de nos jeux communs,
on en est venu a evoquer le fait que ce ne sont pas forcement les delires exhib les plus provoquants qui sont les plus excitants, ni a faire a preparer ou a raconter non plus.. et on en est venu a partager quelques exemples de nos delires exhib:

ExhibBi:
tes exemples de delires exhib?

Tommy:
déjà fait plan livreur de pizza ?

ExhibBi:
Plan pizza? explique ( car oui j'en ai fait deux mais je suppose qu'il y a plein de variantes..) a quoi tu penses?

Tommy:
c clair y a plein de variantes
mais c très délicat pour être réussi
faut pas aller trop loin
ouvrir à poil ça sert à rien ça casse tout
moi ce que je préfère c la robe de chambre nouée mais entrouverte tout du long
genre t'as pas fait gaffe !!^^

ExhibBi :
Dans ce cas il faut que je te raconte le plan pizza totalement delire que j'ai fait ou plutot qu'on m'a mis au defi de faire dans un grand hotel a Chicago...

Tommy:
Ne te gennes pas ! Vas y racontes,
Sinon tu pourrais m'faire un plan livreur de pizza avec webcam qui filme en live....

ExhibBi:
Oui ca pourrait être cool ca...
On le note pour la "TO DO LIST"
Celui de Chicago était vraiment délire. je devais retrouver un mec sm qui proposais de m'initier a quelques scènes que nous avions discutes depuis quelques temps ensemble par internet
Il avait pris une junior suite en centre ville etait.
Il m'avait littéralement écartelé avec des entraves en coton étonnamment tendre sur la peau sur l'énorme lit King Size.
Il m'avait installe bras et jambes attaches au chassis du lit, les jambes relevées au dessus de la tete et avait dispose plein de godes et boules énormes partout autour, un baillon sur la bouche... mais connaissant mes gouts exhib, il a introduit une variante imprevue dans notre "programme" et apres m;en avoir averti et il a appelé le livreur de pizza du coin...
En l'attendant il pris soin de m'écarteler la chatte avec un gros speculum vaginal en acier étincelant.
Il a referme a moitie seulement la grande double porte qui menait du vestibule a la chambre la laissant juste assez entrebâillée avec assez de lumiere dans la chambre pour qu'on puisse bien voire sans effort depuis l'entree..
Le livreur arrive , il lui ouvre

Tommy:
mmmmm et......

ExhibBi:
Il fait mine de chercher son portefeuille partout dans le vestibule puis invite le mec a rentrer dans le hall , lui dit d'attendre a cote de la porte de la chambre le temps qu'il cherche dans ses affaires dans la penderie et la salle de bain...

Tommy:
il a du bien zyeuter...

ExhibBi :
Evidement il le fait patienter de la voix pendant qu'il fait mine de fouiller... il pretend chercher du cash car le pizza delivery man ne prend pas de carte de credit..
suffisamment pour que evidement le pizza man commence a perdre patience et ai bien le tps de promnener son regard partout alentour et decouvrir le spectacle prepare a son intention : un mec ligote et ecartelle la devant lui dans la chambre... moi je vois enfin qu'il me remarque ... et j'écarquille les yeux... genre affole.. mais je ne peut ni bouger ni crier ni rien..

Tommy:
le pied !!^^

ExhibBi :
Puis le domi revient dans le hall, voit le grand black ( le livreur etait un immense noir au gabari de footballer americain d'une 40aine d'annee) totalement stupefait de ce qu'il voit dans la chambre, et totalement gene d'etre surpris a mater dans entrebâillement de la porte..

Tommy:
Le pauv' gars c lui le voyeur !!
Bon retournement de situation
Limite vous pouvez l'engueuler !!^^


.

Titre du billet Le LIVREUR de PIZZA ( Part 2 )
Posté le dimanche 05/02/2012 à 21h47 RSS signifie Really Simple Syndication

ExhibBi :
le domi faisant mine de realiser ce que le livreur voit, prend l'air affole (theatral...) et effondre
C'est un peu ce qui s'est passe.. Mon domi baffouille, s'excuse , pleure presque que ce n'est pas ce qu'il croit... que please please please ne pas le denoncer a la police ou a l'hotel, qu'il est un homme d'affaire respectable,
Qu'il a tellement honte
Que sa femme va le quitter etc etc etc

Tommy :
lol
bon plans !!
bien préparé

ExhibBi :
Et faisant mine d'etre persuade que le pizza delivery man pense qu'il m'a kidnappe et ligote il l'implore de l'ent etendre que ce n'est pas ce qu il pourrait penser pas du tout .. meme
au contraire..

Tommy :
ah ouais !!^^
"venez entrez voir par vous meme ! Il est consentant !!"

ExhibBi :
L'autre se defend et dit que ca ne le regarde pas.,. et que tout est ok pour lui... le domi fait mine de prendre ca pour un subterfuge pour le pizza man de sortir vite le denoncer et redouble de supplications et de geremiades ..et joignant le geste a la parole l'attrape par le bras et l'entraine malgres lui dans la chambre jusque devant le lit a cote de moi.. et me debaillone me supplie de dire que je ne suis pas la contre mon gres
Je fais mine d etre sous le choc d'avoir ete surpris dans cette situations oh combien embarrassante et intime.. et ne pouvoir prononcer un mot

Tommy:
eh ben !!^^

ExhibBi :
Le domi desespere dit que pour s'excuser du derrangement et bien lui prouver que je suis conscentant, je vais le sucer la de suite pour que tout rentre dans l'ordre .. le black est totalement heberlue.. Presque comme dans un reve surrealiste il ne reagit meme pas quand le domi commence a lui deboucler sa ceinture de pantalon..touffe presque un fou rire
Le livreur se resasisit , essaye de se refagoter, de mon cote je tends la nuque pour me rapprocher du cote du lit
Le domi se lamente tellement que sa vie est foutue et tout et tout que le black ne sais plus quoi faire pour le faire taire... et lui assure que tout est ok tout est ok.. et ne voyant plus d'autre solution que de le prouver en se laissant mettre la bite qqs secondes dans ma bouche il fini pas ceder a l'invitation en dedomagement qu'insiste de lui donner mon domi ..
il me relache un peu mes liens me permettant d'etre la tete bien au bord du lit.. la bite du grand black est assurement en proportion avec son physique de demenageur
Le livreur qui s'etait promis de juste se faire sucer 3 secondes en signe d'appaisement se laisse un peu aller... il fait mine de vouloir se retirer maintenant que tout est calme .. mais je le retiens dans ma gorge du mieu que je peux et aussitot le domi reprends ses implorations desesperees.. tant et si bien que l' un dans l'autre le livreur s'abandonne a la felation et meme fini par prendre le controle en impriment des va et viens de plus en plus determines

Tommy:
bon guet àpens !

ExhibBi :
Me prodigant une des felations les plus memorables qu'il m ai ete donne de recevoir./donner
Au moment d exploser il s'appretait a se retirer et gicler sur le cote mais l'action combinee de ma bouche goulue et surtout la crainte de revoir le domi repartir dans sa geremiade il comprends qu'il peut et meme qu'il doit cracher la puree sur moi.. j'en suis couvert,,par grands jets qui me zebrent lourdement en 4 , 5, 6 giclees...

Tommy :
mmmmmmm

ExhibBi :
Le mec est epuisse tant par la surprise de la situation que par l'energie qu'il a fini par mettre dans son "blow-job"

Tommy :
bien joué !!

ExhibBi :
il remonte son calecon fruit of the loom bleu pale puis son jean encore plus large que lui qui lui tennait mal aux hanches.. se retourne pour verifier qu'il n'oublie rien... ramasse sa casquette tombee au passage et regagne la sortie..
Alors qu'il quitte la piece, le domi lui lance :
reviens, et meme avec tes potes quand tu as fini ton service si tu veux profiter de ce beau blanc, je laisserai la porte entrouverte tu n'aura qu a la pousser, meme si il dort..c est une bonne lope il a jamais assez de bite et apparement il aime vraiment bien la tienne... reviens profiter de lui en prennant ton temps tout a l'heure.. tu finis a quelle heure dis tu finis quand.. dis moi que tu repassera le petit n'attend que ca../
le black est deja dans le couloir et fait un signe genre ouai ouai c'est ca.. vous etes des fadas.. mais merci quand meme
on a explose de rire et de jubilation sitot la porte poussee le domi et moi... on a meme mis un certain temps avant de reprendre les jeux sm soft auxquels ils pretendait m'initier.. ..

Tommy :
^^
Titre du billet Le LIVREUR de PIZZA ( Part 3 )
Posté le dimanche 05/02/2012 à 22h07 RSS signifie Really Simple Syndication

ExhibBi :
La nuit s'est avancee comme ca , le domi buvait beaucoup.. il a fini par sombrer me laissant encore a demi entrave mais la position n'était pas inconfortable,. les reins calés sous un gros oreiller. et la chatte remplie encore d'un plug gonflable qui se dégonflait lentement mais surement...
quelle ne fut pas ma surprise de sursauter au bruit de la porte d'entree qui s'entrouvrait.
Il devais etre desormais bien 2h du mat.. et de voire la silouhette de mon grand black entrer presque en s'excusant...

Tommy :
Il voulait du rab' !

ExhibBi :
Il constata que la sirène humaine de tout a l'heure était effondrée sur le divan la bouteille de bourbon a la main.. il s'en ragaillardi, s'approcha de moi, me caressa longuement et avec une surprenante et infinie tendresse.. sans me détacher puis ôta lentement délicatement le plug enfonce dans ma chatte noyée de gel, ôta ses vêtements qu'il plia soigneusement a cote du lit et avec une bite qui me semblait encore
plus grosse que tout a l'heure
il montait deja sur le lit; j'eus a peine le temps de lui indiquer les capotes d'un signe de tete la sur le chevet a cote du lit... il acquiessat en silence, alla a son blouson d'ou il sorti une capote apparemment plus a sa taille, l'enfila tres précautionneusement.. puis regagna le lit sur lequel j'etais toujour écartelé, et me penetra delicatement, lentement, presque en s'excusant.. pour me
baiser pendant pres d'une heure en finissant par le quart d'heure de defonce le plus vigoureux que j'ai jamais recu.
Il m'a explose la chatte comme un bourrin.

Tommy :
mmmmm cool !

ExhibBi :
j'etais totalement sonne de tant d'ardeur je me souviens de cette capote gorgée de sperme qui désormais pendait lourdement au bout de sa bite decidement vraiment ennnorme (oui 3 "n")
Il ota le preservatif presque aussi délicatement qu'il l'avait mis en place.. je m'étonnais presque qu'il soit reste intacte sous de tels coups de boutoirs..

Tommy :
yes !! il aurait du ramener des potes

ExhibBi :
il me caressa le ventre , les couilles, la chatte toute tuméfie avec la capote pleine de sperme qu'il tenait délicatement du bout des doigts comme il l'aurait fait d'une plume
Je regardais la capote avec autant de stupefaction tant elle etait lourde et pleine que de convoitise .. il a du le sentir.. dans une dernière caresse a mes tetons il posa le preso sur mon abdomen, descendit du lit tandis que la capote s'etalait flasquement et lentement laissant perler doucement son contenu jusqu'a mon cou et mes hanches selon les contorsions que me permettait mes entraves...
Il reparti comme il etait venu.....

20 minutes plus tard mon domi émergeait.. et sans la capote sur mon bite il n'aurait pas cru un mot de ce qu'il avait manque...
Il me libéra , s'effondra a nouveau dans le lit.. je m'étirais et me branlais pour ejaculer a mon tour comme j'en ai rarement eu l'occasion depuis, a en avoir mal aux couilles jusqu'au petit matin .... je n'en finissait plus de me lécher les doigts gluant de mon sperme tant j'étais encore excite et hallucine de cette soirée..

Décidément vive les plans pizza..

Tommy :
c clair !
ça c'était du plan !!!
plein de surprises !

NB je dois dire que j ai essaye 3 ou 4 fois de provoquer des plans avec des livreurs de pizza depuis et que la plupart du temps ca tourne court et que rien ne se passe, même quant on ouvre la porte a poil ou a demi nu.. mais une aventure comme celle la, récompense pour toutes les tentatives infructueuses



.

Titre du billet "H U M B L E R" au bois
Posté le vendredi 03/02/2012 à 08h49 RSS signifie Really Simple Syndication

Je fus heureux de croiser hier sur le net un de mes bon contacts parisien que je n'avais pas vu depuis quelques temps.

Aussitot que je l'eu informe de l animation que j'avais entrepris de ce blog, il me dit qu'il avait quelques photos souvenirs de certains des plans qu'il m'avait fait faire.
Et joignant le geste a la parole je trouvais aussitot dans ma boite email cette photo "a poil en pleine foret entrave par un HUMBLER " (entrave en bois qui saisit le sujet par les couilles en les tirant derriere les cuisses, exposant le sujet a 4 pattes et totalement cambre et offert sans recours)"

L'histoire vaut d'etre racontee ici et je vais me depecher de vous la detailler des que j'ai un moment car je vous laisse imaginer la reaction du joggeur ou du promeneur tombant inopinement nez a nez au detour d'un chemin avec ce genre de vision.

Mais je voulais partager avec vous sans tarder cette photo prise lors de cette fin d'apres midi et vous laisse pour l'instant imaginer la suite



.

[1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6]

Haut de page | Le contenu de ce blog est publié sous la seule responsabilité de son auteur exhibbi | Copyright © 2018 BlogGay
Hébergement gratuit de blogs BlogGay.com | ZeGay | RebeuGay | BlogGayvod.com | Nous suivre sur Twitter | Signaler un abus